Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Article • Paris • Technologie & Innovation • 06 April 2020

La crise actuelle nous rappelle que la logistique est nécessaire à notre société

 

Acteur aguerri du TRM, Boris Pernet, le président de la place de marché Upply dédiée aux professionnels du transport, nous fait part de son sentiment face à la crise actuelle. 

Transport Info : Quel est l’impact du Covid-19 sur Upply et sur le marché ?
Boris Pernet : En termes de flux, juste après l’annonce du confinement on a observé un arrêt brutal de la demande de transport par les expéditeurs. Au début de la deuxième semaine, c’est reparti à un rythme assez bas. Outre les problématiques, similaires à toutes les entreprises, de démarchage commercial à l’arrêt, nous devons gérer la nécessaire restructuration des plans de transport de nos clients, dont l’activité se trouve fortement réduite ou par manque de moyens disponibles. Côté chargeurs on commence à voir apparaître quelques entreprises qui n’utilisaient pas Upply avant la crise. On a vu assez vite disparaître les transporteurs étrangers qui travaillent avec Upply, ce qui redonne un peu leur place légitime aux sociétés françaises. A l’instant T, on compte 575 offres de transport en live. Avant le début de la crise on était à 2 500. Paradoxalement, on commence à voir une recrudescence des offres de capacité de transport, ce qui semble logique puisque bon nombre de transporteurs ont perdu une partie de leur activité et cherchent à compenser et à réduire les retours à vide.

 

TI : A terme, quelles pourraient être les conséquences ?
BP : Tout dépendra de la durée de la crise. Imaginons un confinement jusqu’à 10 semaines, cela veut dire environ 20% du CA de l’année sur des activités assez linéaires qui disparaissent et qui ne seront pas compensées. On observe beaucoup d’interrogations et de demandes sur ce qui va se passer à l’avenir et sur les évolutions possibles des tarifs, manifestées par une augmentation des connexions à notre outil de comparaison et de tendance des tarifs du transport. Economiquement, ce qui fera la différence pour les transporteurs seront les mesures de soutien prises par le gouvernement mais aussi le respect, voire le raccourcissement des délais de paiement par les chargeurs. En tant normal la logistique s’opère normalement tous les jours au point qu’on finit par ne plus la voir, comme si elle était invisible. La crise actuelle nous rappelle que c’est parce qu’elle fonctionne bien que la logistique est justement invisible et que son rôle est nécessaire à nos sociétés. On peut espérer un rééquilibrage du marché avec des chargeurs qui auront pris conscience de la nécessité de privilégier leurs transporteurs en toutes circonstances, pas seulement devant leur capacité à absorber le phénomène actuel.

TI : Quel est l’apport du digital face à la crise actuelle ?
BP : Qu’ils soient ou non digitaux, les outils d’accès au fret et aux moyens de transport ne sont pertinents que lorsque l’activité est soutenue. Mais si l’industrie s’arrête, il n’y a plus de transport donc on ne peut plus atteindre la promesse d’optimisation faite aux donneurs d’ordres comme aux transporteurs. Upply estime plutôt avoir un rôle à jouer au sortir de la crise, qui va replacer encore plus dans le panorama le besoin d’un modèle économique durable et soutenable. On voit déjà des entreprises s’inscrire sur la plateforme pour bénéficier de nouveaux moyens d’accès au fret et essayer d’optimiser l’activité. On souhaiterait les aider à regagner une partie des activités ou de marges qu’ils n’ont plus, leur donner des outils intéressants pour ré-optimiser leurs flux quand ils peuvent le faire. Je suis convaincu des bienfaits du digital pour relancer l’activité mais je ne veux pas dire que ça va se faire immédiatement ni en masse.

Source :  https://www.transportinfo.fr/