Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Soutenez les actions de l’AETL par la Taxe d’Apprentissage

Article • Paris Nord • Terrestre (Transport Routier) • 22 December 2020

Covid : les logisticiens du froid dans les starting-blocks pour transporter les vaccins

 

Le convoyage de millions de doses de vaccins contre le Covid-19 est une opportunité pour la chaîne du froid française. Les acteurs logistiques attendent le cahier des charges de l'Etat pour démarrer au premier semestre 2021. Certes l'opération est sensible, mais les professionnels évoquent « un tonnage limité et maîtrisable » de 10.000 tonnes de vaccins.

Avec le convoyage de dizaines de millions de doses de vaccins, la filière logistique va bénéficier d'un coup de projecteur inédit. Si quelques données techniques sont connues - le vaccin de Pfizer-BioNTech devra être conservé à -80 °C -, les transporteurs restent encore dans l'attente des modalités de la part de l'Etat. Quels vaccins prendront le leadership commercial ? Où les acheminer ? Selon les dernières informations, le gouvernement compte créer cinq plateformes nationales équipées de supercongélateurs. Les colis isothermes seront ensuite transportés en flux tendu par des grossistes répartiteurs vers les pharmacies.

Les agences régionales de santé (ARS) sont en train de recenser les effectifs à vacciner dans chaque département. « La filière est dans l'expectative. Nous n'avons pas encore beaucoup de données. De fait, il est difficile d'évaluer le montant du marché. Tout dépendra du schéma final de distribution », explique le transporteur mayennais Joël Gandon, qui emploie 280 salariés, avec une flotte de 160 semi-remorques et un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros. Il est l'un des trois spécialistes français du transport de vaccins, avec Star Service et Eurotranspharma.

« La logistique n'est pas la même pour livrer un hôpital, un centre logistique départemental ou un médecin de campagne. Il manque un cahier des charges. On ne peut rien mettre en place tant qu'on ne sait pas précisément où livrer, dans quelles quantités et à quelle température », enchaîne Jean-Eudes Tesson, président de La Chaîne logistique du froid, qui regroupe trois organisations professionnelles du secteur (UNTF, USNEF et Transfrigoroute France). « C'est souvent comme ça : l'Etat met du temps à se décider, et il nous faudra être très réactifs », souffle un professionnel.

Source : www.lesechos.fr