Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Article • Bureau • Combiné • 02 September 2019

Pourquoi l’Europe a-t-elle donné près de sept millions d’euros au projet Cargobeamer?

Ce lundi matin, dans le grand salon de l’hôtel de ville, Natacha Bouchart, présidente de l’agence de développement économique Calais Promotion a signé une convention avec d’une part la société Cargobeamer, qui va s’implanter zone de la Turquerie, et d’autre part l’Europe qui a apporté une aide de 6,7 millions d’euros.

« Souvent, on parle de l’Europe comme d’une institution lointaine. Cette signature démontre qu’il n’en est rien », explique le préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry. Dans un grand salon de l’hôtel de ville où avaient pris place élus et responsables du monde économique local, l’Europe a officialisé une aide de 6,7 millions d’euros en faveur de la société allemande Cargobeamer, afin de favoriser son implantation dans le Calaisis.

Cette manne financière complète d’autres aides publiques déjà reçues par Cargobeamer (6,3 millions) et l’investissement privé (19,6 millions). Elle permet au transporteur de lancer son projet avec la construction de son terminal route-rail sur les zones Transmarck et de la Turquerie. Cette aide européenne entre dans le cadre du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE) doté d’une enveloppe de 24 milliards d’euros dont 2 milliards pour la France. Ce MIE a déjà apporté près de 100 millions dans le Calaisis pour les travaux d’extension du port. Un peu plus loin, il va aussi aider le canal Seine-Nord.

« Souvent, on parle de l’Europe comme d’une institution lointaine. Cette signature démontre qu’il n’en est rien », explique le préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry. Dans un grand salon de l’hôtel de ville où avaient pris place élus et responsables du monde économique local, l’Europe a officialisé une aide de 6,7 millions d’euros en faveur de la société allemande Cargobeamer, afin de favoriser son implantation dans le Calaisis.

Cette manne financière complète d’autres aides publiques déjà reçues par Cargobeamer (6,3 millions) et l’investissement privé (19,6 millions). Elle permet au transporteur de lancer son projet avec la construction de son terminal route-rail sur les zones Transmarck et de la Turquerie. Cette aide européenne entre dans le cadre du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE) doté d’une enveloppe de 24 milliards d’euros dont 2 milliards pour la France. Ce MIE a déjà apporté près de 100 millions dans le Calaisis pour les travaux d’extension du port. Un peu plus loin, il va aussi aider le canal Seine-Nord.

 

 

Le train voyage avec les remorques, sans les cabines des chauffeurs.

Le train voyage avec les remorques, sans les cabines des chauffeurs.

 

« Nous soutenons des projets à forte valeur ajoutée en Europe. Celui de Cargobeamer en est un. Il permet l’interconnexion des territoires et la décarbonisation des transports. Mais c’est aussi une question de sécurité car il y aura moins de camions sur les routes », explique Olivier Silla, chef de l’unité de politique d’investissement dans le transport auprès de la Commission européenne. Il insiste aussi sur l’aspect « novateur. Il s’agit d’une technologie nouvelle sur le marché. Il nous est apparu important d’y participer ».

Une baisse des émissions de dioxyde de carbone est ainsi visée. « En Europe, ces émissions sont en baisse sauf dans le monde du transport, où ça augmente. Or, 70 % de ces émissions dans le monde du transport vient du secteur routier. Ainsi, mettre les camions sur des trains est un moyen essentiel pour réduire ces émissions. Il faudra beaucoup de projets comme celui-là améliorer l’environnement », enchaîne Olivier Silla.

 

Des trains circulent déjà entre le nord de l’Allemagne, près de la frontière néerlandaise, jusqu’en Italie, près de Milan.

Des trains circulent déjà entre le nord de l’Allemagne, près de la frontière néerlandaise, jusqu’en Italie, près de Milan.

 

Présidente de Calais Promotion, la maire Natacha Bouchart saluait « l’intervention de l’Union européenne. Elle valide notre stratégie de territoire. Calais restera, en dépit du Brexit, un passage incontournable des flux commerciaux vers la Grande-Bretagne ».

source : la voix du Nord.fr