Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Article • Bureau • Ferroviaire • 28 August 2020

Fret ferroviaire Les premières mesures du plan de relance du gouvernement

 

A l’occasion d’une visite fin juillet de la plateforme multimodale de Valenton (94), le Premier ministre a fait trois annonces destinées à soutenir rapidement la filière du fret ferroviaire. Celles-ci intègreront le volet relatif au fret ferroviaire du futur plan de relance gouvernemental, dont l’annonce est prévue la semaine prochaine. Jean Castex a annoncé la gratuité des péages ferroviaires de juillet à décembre, la diminution de moitié des tarifs en 2021 et le lancement d’appels à projets destinés à créer des autoroutes de fret ferroviaire avec un dispositif d’aides au démarrage qui pourra atteindre les 35 M€ par an. Cela concerne les lignes Bayonne-Cherbourg, Sète-Calais et Perpignan-Rungis. Le gouvernement entend relancer ce dernier axe, dit du ‘train des primeurs’, qui est à l’arrêt depuis environ un an en le prolongeant de part et d’autre jusqu’à Anvers et Barcelone. Lors de sa visite, le Premier ministre a également indiqué vouloir développer le transport combiné rail-route, en estimant que « c'est l’avenir ». « Il faut aussi restructurer la gestion du fret ferroviaire et améliorer sa compétitivité », a déclaré Jean Castex, répondant ainsi pour partie aux attentes des professionnels du secteur représentés par l’alliance 4F (voir NL n°3163« La qualité de service est le point névralgique et primordial, le prérequis des enjeux du développement du transport combiné rail-route, a d’ailleurs indiqué de son côté Ivan Stempezynski, nouveau président du GNTC (Groupement national des transports combinés). Le transport combiné rail-route et le fret ferroviaire en France ne pourront se développer que si la ponctualité et la régularité du rail sont au moins égaux à la prestation route. De ce fait, il faut donner à SNCF Réseau les moyens de nos ambitions ».

Source : Supply Chain Magazine