Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Soutenez les actions de l’AETL par la Taxe d’Apprentissage

Article • Bureau exécutif • E-Commerce • 18 January 2021

Le vrai coût de la livraison « gratuite »

 

Dans un article consacré à la logistique urbaine, Le Monde s’interroge sur le coût de ces livraisons « gratuites », argument de vente très important, et sur leur impact social et environnemental.

« On ne veut plus de pollution ni de camions en ville, mais on exige son colis tout de suite », constate, dans les colonnes du quotidien, Lydia Mykolenko, géographe-économiste chargée des études sur la logistique à l’Institut Paris Region. « Cette schizophrénie nous concerne tous. Il faudrait que les gros consommateurs de colis connaissent l’impact de leur clic sur leur cadre de vie ».

Car pour rester compétitifs, les coûts sont compressés au maximum. Quitte à fermer les yeux sur les conditions de travail et les revenus des livreurs, sous-traitants pour la plupart. En menant une enquête de terrain, en janvier 2020, auprès de 300 livreurs de l’Est parisien, la chercheuse Laetitia Dablanc, associée au Laboratoire ville, mobilité, transport, a découvert que 37 % d’entre eux partageaient un compte d’auto-entrepreneur, et se répartissaient donc les recettes, a priori parce qu’ils se trouvent en situation irrégulière.

Pour contrer le phénomène, d’autres initiatives, plus équitables, apparaissent comme la coopérative Olvo, coopérative de cyclo-logistique : cette dernière s’est associée avec des restaurateurs parisiens qui ont décidé de boycotter les Deliveroo, Uber Eats et autres Amazon Prime. La livraison coûte 5 euros, mais les livreurs sont tous salariés.

 

Source : https://strategieslogistique.com