Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Soutenez les actions de l’AETL par la Taxe d’Apprentissage

Article • Ambassadeurs • Actualité • 10 February 2020

Raphaëlle FRANKLIN, nouvel Ambassadeur de l’AETL

 

Quand la Presse Professionnelle accroche une « Gestio-visionnaire » à sa tête.  

Ça renverse, ça bouscule et ça fait du bien… Elle n’est pas folle… Pas folle du tout. Je dirais même que si la folie était une compétence, je pense que pour Raphaëlle ce serait sa conviction. Raphaëlle nous a fait l’honneur de rejoindre notre équipe en tant qu’Ambassadeur et m’a offert une très belle interview.

Petit Rétropédalage pour connaitre et découvrir qui est-elle, pourquoi avoir choisi de nous rejoindre et son ambition dans ce monde complexe.

 

Raphaëlle FRANKLIN après avoir brillamment rempli des fonctions à l’OPCA Transports et Services, est aujourd’hui Directrice Générale du groupe INFO6TM dont les principaux titres (en dehors de Liaisons sociales Magazine et Entreprise & Carrières, entre autres) sont France Routes, Supply chain Magazine (à ne pas confondre avec Supply Chain Village SVP), le Journal de la Marine Marchande, l’Antenne mais aussi L’Officiel des Transporteurs.

Au détour d’une interview elle nous a raconté sa perception du monde du Transport et ses réflexions sur une branche qu’elle connait sans pour autant être issue de ce courant, et sa contribution à L’AETL.

 

« Alors Raphaëlle, si tu devais tout d’abord te définir en 3 mots, quels seraient-ils ? »

RF Si j’ai droit à 5 mots, je pense que je dirai que je suis Adaptable, Curieuse, Audacieuse, Courageuse  et Releveuse de défis. »

 

« L’AETL qu’est-ce que Cela représente pour toi ? »

RF L’AETL représente un acteur qui a un grand rôle pour valoriser plus et mieux le monde du transport et de la logistique. Notre association peut montrer toute la capacité qu’offre les métiers de la supply chain. Elle ouvre les opportunités aux professionnels d’échanger et de travailler notamment sur les difficultés d’attraction de la profession. Elle leur donne envie d’y découvrir aussi des talents à travers les adhérents. 

Elle apporte aux jeunes la possibilité de se créer un réseau, et d’en parler autour d’eux pour faire venir toujours plus de talents.

Pour les écoles c’est une belle opportunité pour construire des passerelles entre les jeunes et les professionnels.  

La Force de L’AETL, c’est avant tout sa neutralité. Pas d’attachement à une école en particulier, une approche « communauté globale ». Une belle force.

 

« Tu es la première femme Ambassadeur à L’AETL. Quel message souhaites-tu faire passer ? » 

RF En tant que femme je suis farouchement défenseuse de la mixité des métiers. Tous les secteurs ont avantage à développer la mixité des équipes à tout niveau de la ligne hiérarchique, les organisations plus mixtes ont des ambiances meilleures, des performances améliorées . 

En tant qu’Ambassadeur, je suis honorée d’être la première, je suis confuse de ne pas être Professionnelle au sens strict. J’ai un regard qui se veut constructif, j’espère que d’avoir un pied dedans mais pas les deux va permettre d’ouvrir des horizons à notre association.

 

« Comment selon toi, pourrions-nous attirer plus de jeunes ? »

RF J’ai une idée. Les médias professionnels doivent  être le compagnon des acteurs du secteur, les éclairer sur les évolutions du marché, les renseigner des nouveautés, les guider avec objectivité dans leurs réflexions, les informer des bonnes pratiques...

Aussi, fort d’un déficit d’attractivité du secteur qui se cumule à une difficulté croissante à conserver les nouvelles recrues, j’aimerais que les jeunes diplômés des écoles professionnelles soient abonnées à « l’Officiel des transports » et « Suppy chain Magazine », par un collectif d’acteurs sensibles au sujet, conscients de l’enjeu et intéressés par ce projet. 

La curiosité de la presse apporte une vision panoramique de notre profession. J’aimerais crée une possibilité d’abonnement attractif mais aussi impliquer ces lecteurs  en leur ouvrant pourquoi pas une rubrique, ou un comité éditorial des nouveaux entrants... Les salariés doivent maintenir leurs compétences en se formant certes, mais d’abord et avant tout en s’informant, en apprenant aux cotés de leurs Managers, en lisant la presse professionnelle, en rencontrant leurs paires, en remettant en cause leurs connaissances. Un jeune qui lit et feuillette la presse professionnelle trouvera des solutions mises en œuvre, il va grandir et faire grandir. 

 

« Comment les acteurs de l’AETL et les Ambassadeurs peuvent faire bouger cela ? »

RF Il faut veiller à l‘obsolescence des compétences. Les métiers évoluent vite. Il faut s’adapter rapidement, s’informer quotidiennement, mais également se former régulièrement. Se former et s’informer sont, pour moi, de vrais vecteurs de réussite au défi des compétences. J’ai la chance de connaître les deux domaines et leurs réelles complémentarités. 

J’aimerais donc, comme précisé plus haut, créer une Tribune pour les jeunes, et pourquoi pas être Porteur d’un Concours inter écoles.

Il faut aussi que les jeunes trouvent utilité à l’information des médias professionnels et participe à créer des communautés. Dans des associations telles que L’AETL, la sensibilité aux attentes est au cœur des préoccupations. L’AETL permet à des futurs cadres qui auront des analyses hors cadres, d’avoir des visions et une autre oxygénation avec des techniques autres que ce qu’ils voient. C’est possible par la pluri-canalités de l’Association.

AETL est trans-école et elle a un rayonnement territorial. Les antennes des régions sont actives et proposent de belles rencontres et des échanges d’idées. La vraie vie n’est pas qu’à Paris !

 

« Comment peux-tu nous accompagner  dans les années à venir ? »

RF Je pense qu’on doit faire tous ensemble  le buzz, mobiliser les acteurs et redorer le blason de la profession. Il faut impliquer chacun pour frapper fort et bien, et les jeunes eux même ont des idées.

 

« Quelle pourrait être l’orientation dans les années à venir? »

RF IL faut articuler nos orientations davantage en amont comme en aval. Il faut aider la profession à unir sa voix sur ce sujet. L’AETL est un vivier d’experts et ne peut qu’être participante dans de grands débats, mais elle pourrait être aussi la vigie de la mise en œuvre d’expérimentations de projets. C’est tout sauf un maillon faible.  

 

Un dernier mot …

Merci pour l’énergie que je sens dans l’équipe, l’enthousiasme de tous pour faire avancer ce secteur, ses Hommes, et merci aussi pour la liberté d’idées que nous nous permettons mais toujours avec le pragmatisme propre au secteur. 

Et n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter de la Supply Chain

https://info6tm-mkt-prod1-m.adobe-campaign.com/lp/LP121

 

Interview réalisée par Isabelle Brossard - VP AETL