Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Soutenez les actions de l’AETL par la Taxe d’Apprentissage

Article • Rouen • Technologie & Innovation • 26 March 2021

Des nageoires de baleines pour réduire jusqu’à 30 % la consommation d’énergie des navires

 

L’Ifremer et la start-up Blue Fins ont développé un foil qui utilise l’énergie de la houle pour aider à la propulsion des gros navires de commerce et de plaisance. Premier test d’ici 2023.

Les gros porte-containers disposeront-ils à l’avenir d’une grosse nageoire fixée à l’arrière pour leur permettre d’économiser du carburant ? C’est la pari de l’Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Infremer) qui s’est associé à la start-up Blue Fins pour tester un hydrofoil attaché à un grand bras articulé. Le dispositif, animé par les vagues, va générer de l’énergie utile au navire pour avancer, avec une économie annoncée de 20 % à 30 % de consommation en carburant.

Un système rétractable

"Pour aider à propulser le navire, notre système reproduit et combine deux phénomènes physiques : les foils sont comme des ailes d’avion immergées qui soutiennent le navire et réduisent les frottements de la coque du bateau sur l’eau. Leur mouvement, généré par la houle, fait avancer le navire un peu à la manière d’une queue d’une baleine", schématise Olivier Giusti, architecte naval à la tête de la start-up Blue Fins.

Ce système innovant est rétractable et peut être sorti de l’eau si les conditions de houle ne sont pas optimales (absence ou trop de vagues) ; installé à l’arrière du navire, il peut aussi compléter le gain d’énergie qu’offriraient une aile de kite ou des voiles situées sur le pont sans présenter de risques pour le navire.

Navire de commerce

Olivier Giusti a pu tester son projet au sein de l’Ifremer pendant plusieurs années avant de créer sa société (Ifremer détient le brevet du système de propulsion). Désormais, le projet a retenu l’attention d’une entreprise leader du domaine de l’énergie (dont le nom est gardé secret) et le soutien du Citeph (Concertation pour l'innovation technologique dans les domaines des énergies), un programme d’accélération de l’innovation dans le domaine des énergies. Le financement de l’Ifremer et du Citeph permettront à Bluefins de maintenir une activité R&D soutenue.

Fin 2022, les performances d’une maquette au 1/35ème devraient être validées, dans le bassin de l’Ifremer, puis un premier prototype au 1/2 devrait être testé en mer à partir de fin 2023 sur un navire de commerce. Le marché est de taille : selon une étude de l'Organisation maritime internationale (OMI) sur les gaz à effet de serre (GES), les émissions du transport maritime sont aujourd’hui responsable de 2,5 % à 3 % des émissions mondiales de GES et pourraient, dans un scénario de statu quo, augmenter de 50 à 250 % d'ici 2050.

Le dispositif, animé par les vagues, va générer de l’énergie utile au navire pour avancer, avec une économie annoncée de 20 % à 30 % de consommation en carburant.

Crédit photo Ifremer

Source : www.actu-transport-logistique.fr