Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Soutenez les actions de l’AETL par la Taxe d’Apprentissage

Article • Marseille • Maritime • 01 October 2019

Marseille-Fos poursuit son opération reconquête à Lyon

L'association Via Marseille-Fos a présenté, à Lyon, ses résultats et ses dernières nouveautés lors d'une réunion d'information à destination des opérateurs d'Auvergne-Rhône-Alpes. Une opération de promotion annuelle en forme de reconquête pour le port provençal.

"Des opérateurs lyonnais font transiter des marchandises par les ports du Nord à destination de l'Asie ou de l'Amérique du Sud, on marche sur la tête. C'est un non-sens économique et écologique. Il faut que le port de Marseille-Fos récupère ces flux".
Nouveau président de l'association de promotion de la place portuaire Via Marseille-Fos, Philippe Zichert a clairement posé les enjeux de cette réunion d'information à destination de la place lyonnaise conviée dans le quartier de la Confluence, entre Rhône et Saône : la reconquête de la première région industrielle de France par le port marseillais. "Les ports de Lyon et de Marseille ont une histoire commune et leurs destins sont liés. L'axe Rhône-Saône-Méditerranée est naturel, mais il reste sous-utilisé. L’A7 est saturée alors que la part du transport fluvial est insuffisante. Nous venons proposer un mariage de raison. Ce rapprochement aurait dû être fait depuis une vingtaine d'années".

La CNR intègre Via Marseille-Fos

Pour opérer ce rattrapage, le Grand Port maritime de Marseille-Fos (81 millions de tonnes de trafic en 2018) a vanté son modèle de "smart port" et appuie sur les derniers investissements réalisés : développement de la zone logistique de Fos-Distriport, extension du terminal à conteneurs Fos 2XL, nouvelles infrastructures d'atterrage de câbles sous-marin…

 

"Plus de dix ans qu'il n'y a pas eu de grève dans le port phocéen"


"Au total, 60 millions d'euros d'investissements en infrastructures vont être réalisés cette année, rappelle Christophe Rosso, le nouveau directeur du développement du port de Marseille-Fos. Il est important de faire savoir qu'une structure continue de se développer à seulement 300 kilomètres de Lyon. Arrêtons de penser qu’ailleurs, c’est mieux. Le port de Marseille-Fos n’a pas à rougir de ses compétences riches sur lesquelles s’appuyer".
Le rapprochement entre Marseille et Lyon se matérialise concrètement par l'entrée de la Compagnie nationale du Rhône (CNR), qui gère le port de Lyon et exploite le fleuve, au sein de l'association Via Marseille-Fos. Avec un objectif : poursuivre le report modal vers le fleuve. En mettant notamment en avant l'argument de la possibilité de stockages temporaires de conteneurs sur les bords du Rhône. "Aujourd'hui, 4,5 millions de tonnes transitent sur le Rhône chaque année alors que le fleuve peut accepter 20 millions de tonnes par an sans aucun investissement", appuie Pierre Meffre, le directeur de la valorisation portuaire de la CNR.

Redonner confiance

Une opération séduction accueillie "favorablement" selon les termes de Jean-Christian Vialelles, le délégué régional Auvergne Rhône-Alpes de TLF. "Les investissements qui ont été réalisés font plaisir à entendre. Les habitudes qui font passer par les ports du Nord ne sont pas impossibles ni compliquées à faire changer, mais cela demande du temps. C’est dans la durée que les utilisateurs d'Auvergne-Rhône-Alpes vont reprendre confiance", analyse-t-il. Allusion, évidemment, aux grèves des dockers marseillais qui entament encore la réputation du port. Ce que ne nie pas le président de Via Marseille-Fos, qui entend "casser cette image". "Cela fait plus de dix ans qu'il n'y a pas eu de grève au port de Marseille-Fos. C'est significatif, et il faut que les utilisateurs aient conscience de cette stabilité", appuie-t-il.

 

Vincent Calabrèse - L'Antenne.com