Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Article • Bureau • Logistique • 08 octobre 2019

La supply chain à l’honneur de Salons Solutions et Mobility for Business

Clôturés le 3 octobre 2019, Salons Solutions et Mobility for Business ont cette année mis l’accent sur la supply chain en lui dédiant un cycle de conférences riches en thématiques innovantes, tout en remettant un Award Mobility dans la catégorie « Meilleure réalisation logistique » à la plateforme SaaS TimeTonic.

Parce qu’elle est au cœur des réflexions stratégiques des organisations logistiques, la digitalisation a ouvert ce tout premier cycle de conférences Supply Chain Square, organisées en partenariat avec Voxlog et animées par Vox361. Traçabilité, collaboration, agilité, visibilité étendue… Les enjeux mais également les outils et les solutions mis à disposition des acteurs du secteur pour assurer leur transformation numérique ont été évoqués lors de cette conférence inaugurale : « Pour une digitalisation réussie de votre supply chain ».


Intelligence artificielle et géolocalisation

L'intelligence artificielle et son impact sur la prise de décision dans la supply chain ouvraient de leur côté la journée de conférences Supply Chain Square du 2 octobre. « L’intelligence artificielle a connu un regain à partir des années 80 avec le machine learning et le deep learning », expliquait Isabelle Badoc, product marketing manager chez Generix Group. Elle fait de plus en plus parler d’elle depuis quelques années, son application étant facilitée par la disponibilité des ressources et infrastructures nécessaires au déploiement de ces technologies. « Derrière ce terme, il y a deux types d’applications dans la supply chain ou ailleurs : certaines visent à reproduire le comportement humain pour optimiser un certain nombre de tâches tandis que d’autres visent à être plus performantes que le comportement humain », indiquait Olivier Dubouis, directeur général et associé de Diagma, qui voit « énormément de cas d’usages potentiels de cette technologie dans la supply chain que ce soit dans la planification ou l’exécution ». Si l’IA montre clairement ses bénéfices pour tendre vers le prédictif et le prescriptif, ou encore le clustering, certains s’interrogent sur le prix de son ticket d’entrée. « Il vaut mieux commencer petit et grandir avec », jugeait Florian Loinard, product manager chez QAD Dynasys. « Pour beaucoup de projets reposant sur des techniques IA, il est difficile au démarrage de définir l’investissement et le ROI, en faisant des initiatives proches du R&D. La capacité des grandes entreprises à investir est donc supérieure à celle des petites dans ce domaine », stipule de son côté Olivier Dubouis. « Il existe également des IA packagées plus faciles à intégrer par les entreprises, typiquement en mettant en place un robot : des bras de picking, des robots suiveurs de préparateurs…», poursuit Isabelle Badoc. Pour autant, il ne faut pas penser que l’utilisation de l’IA relève de la magie rappellent les intervenants. La mise en application concrète de la technologie demande plusieurs étapes d’adoption et de maturité. Une évangélisation du secteur sur l’apport et la manière d’utiliser à bon escient cette technologie reste donc à réaliser.

 

Légende photo ci-dessus : Olivier Dubouis (Diagma), Isabelle Badoc (Generix Group), Florian Loinard (QAD Dynasys), Laurène de Vialar (Vox361)

A_2

Marc Dalbard (PTV Group), Loïc de Kerhor (Arenzi), Patrick Cason (Sigfox), Vincent Pubert (Stela), Laurène de Vialar (Vox361)

La deuxième conférence de la journée du 2 octobre s’interrogeait de son côté sur les technologies à disposition pour la géolocalisation de demain. Dans le domaine de la supply chain, il s’agit, selon Marc Dalbard, chargé du développement business stratégique de PTV Group, d’aller plus loin que l’apport de base offert par la la géolocalisation (avoir la position d’un asset) pour parvenir à « retirer la valeur ajoutée de ces positions en matière de déplacements de marchandises : où est ma palette, mon produit et surtout à quelle heure la livraison va avoir lieu ?». Plus récente, l’histoire de la géolocalisation indoor commence à devenir complémentaire de la géolocalisation outdoor indique Loïc de Kerhor, fondateur d’Arenzi : « Il était jusqu’alors compliqué de mettre en place un indoor performant mais, depuis quelques mois, les réseaux se sont simplifiés, miniaturisés, avec un degré de prix abordables pour des ROI et des business models intéressants ». Vincent Pubert, président de Stela, filiale du groupe Total, évoquait de son côté un projet track and trace mené avec des entreprises de transport afin de localiser historiquement et en temps réel les données. L’expérience a ainsi conduit à un suivi de flotte de remorques avec des KPI’s d’usage sur un portail dédié et via une API afin de géolocaliser des remorques à l’arrêt via un tracker discret et autonome, installable rapidement. Face à ses avancées et ses bénéfices, la géolocalisation de demain devrait ainsi associer indoor et outdoor dans une démarche intégrée pour gagner toujours plus en productivité et en efficience, révolutionnant les méthodes de travail. « Nous en sommes encore à la préhistoire. On ne fait que collecter des données. Il s’agit d’une première phase avant d’aller faire du crunch de ces données, et de les analyser pour amener ses services un cran au-dessus, en les corrélant avec d’autres données métiers, d’autres objets », juge Patrick Cason, directeur général France de Sigfox.


Vers des solutions mobiles, flexibles et évolutives

Autour de l’omnicanal et du rapprochement entre outils CRM et supply chain, une quatrième conférence a mis en lumière différentes évolutions : la transformation du CRM afin de s’ouvrir sur les différents systèmes auxquels il doit pouvoir se connecter ; l’apparition de solutions OMS pour gérer la complexité logistique ainsi que les applications de clienteling mobiles permettant aux vendeurs de capter de la donnée client et d’accéder à davantage d’informations pour mieux cibler leurs attentes.


Les deux dernières conférences du Supply Chain Square, traitant respectivement de la dématérialisation et des outils de gestion logistique à destination des PME et ETI, ont permis de rappeler, pour la première, les gains et les bénéfices de la dématérialisation au travers de cas d’usages dans les secteurs logistique et transport et, pour la seconde, la nécessité pour les petites et moyennes entreprises de se doter de solutions flexibles et évolutives pour répondre de façon rapide et efficace aux besoins de leurs clients, à l’instar des grands comptes.

E_1

 

— TIMETONIC, GAGNANT DU MOBILITY AWARD « MEILLEURE RÉALISATION LOGISTIQUE »

L’édition 2019 des Salons Solutions et Mobility for Business était également l’occasion de décerner des Mobility Awards aux entreprises innovantes pour la transformation mobile. Remis par un jury composé de journalistes spécialistes de la mobilité et d’experts, un prix a notamment récompensé TimeTonic dans la catégorie « Meilleure réalisation logistique ». La société édite une plateforme SaaS et mobile hébergée en France permettant de créer, d'automatiser et de gérer ses processus métier, en stand alone ou en extension de son système d'information. « En important simplement des fichiers Excel ou en s’inspirant de nos modèles, toute équipe opérationnelle peut créer en quelques minutes ses propres applications métiers nativement mobiles, instantanément compatibles RGPD, et intégrant chat, gestion électronique de documents, formulaires web et mobiles, photos, flash codes, création automatique de PDF, reporting intelligent... », explique la société. « Le paramétrage, très simple et très évolutif permet de coller réellement à ses besoins sans être tributaire de la DSI ou de consultants externes », détaille Patrick Reboul, VP sales & marketing de TimeTonic.


Un déploiement simple et évolutif

Il s’agit du troisième Mobility Award remporté par TimeTonic (après le « Prix de l’innovation technologique » en 2016 et celui de « Meilleure réalisation technicien de terrain » en 2018). Un prix qui lui a été décerné via son cas client Deufol Paris, spécialisé dans la fabrication d’emballages et de protections en bois pour différents secteurs comme l’industrie, l’art, la construction... Auparavant dotée de systèmes informatiques anciens ne lui permettant pas de gérer correctement son activité et impactant ses résultats, l'entreprise était à la recherche d’une solution permettant de suivre l’ensemble de sa production ainsi que la gestion de ses stocks et de sa facturation. « Nous avions besoin de pouvoir partager l’ensemble du processus entre les ateliers et le bureau de manière simple. La solution se devait d’être très souple et évolutive selon nos besoins », explique Julien Llorca, directeur général de Deufol. Les raisons ayant poussé la société à opter pour TimeTonic ? « Un déploiement très simple, un temps de formation court, une modification et adaptation à nos besoins, des fonctionnalités évolutives, du reporting, ainsi que le coût de la solution, poursuit-il. La gestion de production que nous avons développée permet à chaque collaborateur de connaitre ses tâches et de suivre l’avancement de chaque commande, du devis à sa facturation, en intégrant le scan des codes-barres, la prise de photos, la gestion des factures, des bons de livraisons et autres documents, aussi bien par les services administratifs qu’en atelier, au point de départ comme au point d’arrivée ». Deufol Paris a d’ailleurs choisi d’étendre son usage de la solution avec un CRM, un outil RH et des carnets partagés avec ses clients afin d’offrir un système collaboratif complet.

source : voxlog.fr