Contactez-nous au
07 60 00 75 76

Article • Bureau • Actualité • 07 May 2020

Activité partielle : des formations entièrement prises en charge

 

Les coûts pédagogiques des salariés en activité partielle pendant la crise sanitaire sont à 100 % pris en charge par l’État sur simple demande des entreprises auprès des Direccte. Objectif : maintenir le développement des compétences des salariés pour mieux préparer la reprise de l’activité économique.

Les quelque 10 millions de salariés placés en activité partielle peuvent désormais bénéficier de formations entièrement remboursées via le Fonds national de l’emploi (FNE). Le gouvernement a élargi ce dispositif jusqu’à présent réservé aux salariés ayant un faible niveau de qualification par rapport aux besoins du marché à condition qu’ils ne soient pas en chômage partiel. Désormais, toute personne en activité partielle peut en bénéficier, à l’exception des apprentis ou des adultes en contrat de professionnalisation, et pour tout type de formation à l’exception de celles qui sont obligatoires, sans critère de taille d’entreprise ou de secteur d’activité.

L'offre en distanciel se développe

Confinement oblige, seules les formations en ligne sont éligibles mais les organismes de formation, notamment ceux du secteur, développent leurs offres de modules disponibles en distanciel. Avant la crise, seulement 10 % des formations, tous secteurs confondus, se faisaient en distanciel, indique la Fédération de la formation professionnelle (FFP). "Les acteurs du développement des compétences travaillent pour augmenter l’offre de formation disponible à distance, précise Pierre Courbebaisse, président de la FFP. Un tiers des formations pourraient se faire à distance." 

Convention simplifiée

Pour recourir au FNE-Formation, l’entreprise doit adresser une demande de subvention à la Direccte. Lorsque le coût de la formation s’avère supérieur à 1 500 € par salarié, le dossier fera l’objet d’une instruction détaillée. À noter que la durée de la formation ne peut pas dépasser la période d’activité partielle. En cas d’accord, une convention simplifiée est établie. Pour répondre aux conditions du dispositif, les formations doivent être des titres ou diplômes inscrits au répertoire national des certifications professionnelles et la qualification doit être reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale de branche. Les bilans de compétences et les actions de VAE (validation des acquis) font notamment partie de ce nouveau dispositif.

Préparer la reprise

Cette mesure vise à préparer la reprise de l’activité économique. "Le maintien et le développement des compétences sont un levier majeur de la relance économique, soutient Olivier Poncelet, délégué général de la FFP. En cette période de confinement, il est donc essentiel de préparer l’avenir en développant ses compétences avec la formation distancielle."

 

Source : www.actu-transport-logistique.fr